ueLa présidente de l'AFPRAL, Véronique Olivier, a saisi les députés européens avec la Déclaration écrite sur les maladies respiratoires chroniques. Cette déclaration écrite est déposée par l'EFA dont elle fait partie et avec laquelle elle œuvre désormais régulièrement.

 1. L'allergie respiratoire, l'asthme et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) figurent parmi les maladies chroniques les plus répandues qui affectent la qualité de vie des patients et représentent un coût annuel de plus de 300 milliards d'euros.

2. Pour· réduire la charge financière des systèmes de santé nationaux et assurer un niveau élevé de protection des citoyens en matière de santé, il convient de:

a) renforcer la prévention et le diagnostic précoce et précis:

  • en luttant contre les facteurs de risque connus, comme le tabagisme et les aspects environnementaux ;
  • en améliorant l' éducation respiratoire des étudiants en médecine et des médecins traitants;
  • en systématisant les tests de la fonction pulmonaire et les tests allergologiques, pour toutes les personnes qui risquent de développer des maladies respiratoires chroniques, lors des «bilans de santé» gratuits qui existent actuellement;

b) assurer l'accès, pour tous les patients diagnostiqués, à un traitement de pointe remboursé, conformément aux directives internationales (ARIA, GINA GOLD);

c) garantir la rééducation (à l'hôpital ou en ambulatoire) avec toutes les interventions pluridisciplinaires nécessaires pour que les patients puissent rester dans la vie active et dans leur maison le plus longtemps possible.

3. La Commission est appelée à stimuler la recherche sur les causes des maladies respiratoires chroniques.

4. La Commission et le Conseil sont invités à échanger les bonnes pratiques et à explorer la possibilité d'une stratégie globale pour relever les défis que posent les maladies respiratoires chroniques.

5. La présente déclaration, accompagnée du nom des signataires, est transmise au Conseil et à la Commission.