• Service National Universel
    Ainsi, nous avons au printemps interpellé Monsieur Gabriel Attal, Secrétaire d’État à l’éducation nationale, lui demandant comment, concrètement au quotidien, il comptait prendre en compte les spécificités de la maladie allergique et de ses contraintes afin de garantir la sécurité des jeunes citoyens atteints de cette pathologie dans le cadre du service national universel, et plus particulièrement la sécurité des mineurs. Il est très important que la maladie allergique, faisant partie de la vie de très nombreux jeunes citoyens, soit prise en compte dans l’élaboration du SNU. Nous attendons toujours à ce jour sa réponse.
  • Réglementation départementale de la Vienne (86) applicable aux enfants allergiques avec PAI
    Une nouvelle réglementation, votée en décembre 2018, sans aucune concertation avec l'ensemble des protagonistes (médecin référent de l'éducation national, allergologues, association de patient, etc) prévoyait pour la rentrée 2019/2020 de nouvelles modalités ; pour tous les enfants allergiques alimentaires avec PAI deux possibilités étaient prévues  : l'externat ou le panier-repas, quel que soit le degré de sévérité de l'allergie, le nombre d'allergène de l'enfant, et sans tenir compte des demandes et préconisations des médecins prescripteurs et signataires du PAI....  Découverte fortuitement par certains parents, la réglementation a choqué et inquiété les familles, qui nous ont alerté sur la situation. Notre courrier, adressé au président de la Commission de l'Éducation de la Vienne, en appui des plaintes de certaines familles, a heureusement contribué à faire suspendre la décision. Après avoir rappelé les textes réglementaires encadrant l'accueil et la prise en charge des enfants allergiques avec PAI nous nous sommes également assurés que les familles n'allaient pas être confrontées à une situation de délit de discrimination de refus d’accès à un service de fourniture de repas en raison de l’état de santé. L'association a été contacté par le directeur de l'éducation qui souhaite constituer un groupe de travail pour élaborer un protocole d'accueil concerté pour la rentrée 2020/2021.
  • Nouveau modèle de P.A.I
    L'association suit de près toutes les évolutions liées à l'actualisation du formulaire de PAI sur lequel travaille, depuis 2016, le groupe de travail "Allergies en milieu scolaire" issu de la Société Française d'Allergologie. Ce groupe travaille sur l'actualisation des pratiques de prise en charge (conduite d'urgence à tenir en cas d'anaphylaxie notamment). Le Dr Guillaume Pouessel, coordonnateur de ce groupe, nous explique que "le PAI est en cours de réactualisation dans son ensemble pour la globalité des problématiques des enfants, et notamment, de l'allergie". Il précise aussi que "depuis 3 ans, ils sont associés aux réflexions de collègues de l'Education Nationale en charge de ce sujet, pour que la maladie allergique soit bien mise en évidence et gérée dans la nouvelle circulaire PAI". Le texte est presque finalisé mais "le projet doit encore être totalement validé. Son contenu sera ensuite diffusé auprès des associations de patients, des partenaires dans le domaine de la santé, etc". Dès que nous le pourrons, nous vous communiquerons toutes les nouveautés et/ou améliorations.
  • PNSE4 - Qualité de l'air intérieur : l’APFRAL dans l’action avec les pouvoirs publics
    En Janvier dernier, lors des Rencontres Nationales Santé-Environnement, les ministres chargés de la santé et de l’écologie ont conjointement lancé les travaux d’élaboration du 4ème Plan national santé environnement (PNSE 4), intitulé « Mon environnement, Ma santé ». C’est dans ce cadre que la candidature de l’AFPRAL a été retenue afin d’apporter sa contribution, au sein du groupe chargé de travailler plus précisément sur la qualité de l’air intérieur : définir les actions prioritaires, innovantes et concrètes à inscrire dans ce PNSE4,  proposer des actions à même de changer la vie des Français et notamment des populations les plus fragiles (jeunes enfants, personnes asthmatiques et allergiques…). Les propositions ont été présentées, le 9 juillet, à la Présidente du Groupe Santé Environnement, Mme la Députée Elisabeth Toutut-Picard dans les locaux de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES).