L'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a publié sur son site Internet des recommandations sur le bon usage des autotests vendus en pharmacie afin de rappeler les précautions d'usage de ces dispositifs.

Les autotests sont des dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (DMDIV), utilisés par le grand public à domicile. Ils permettent, grâce à une analyse rapide d’un échantillon biologique (sang, urine), de détecter un marqueur biologique utile pour accompagner le patient dans la prise en charge de sa maladie ou de lui donner une orientation sur un état physiologique ou pathologique.
Ils ne remplacent pas les examens de biologie médicale analysés par le médecin traitant.

Depuis quelques années, une offre croissante de nouveaux autotests se développe sur le marché européen. Il est important que les utilisateurs potentiels de ce type de tests s’interrogent sur les informations qu’ils en attendent. Ils doivent notamment rester vigilants sur les résultats obtenus, nécessitant d’être confirmés par des examens de biologie médicale et partagés avec le médecin qui prend en charge le patient, au regard de la présence ou l’absence de symptômes, afin d’établir un diagnostic.

Lire les recommandations de l'ANSM