DEMI-VICTOIRE POUR LES ALLERGIQUES dans leur combat contre le déremboursement des APSI

Le ministère de la santé nous a communiqué en début d’après-midi hier, sa décision concernant le projet de déremboursement des traitements de désensibilisation qui mobilise le staff de l’AFPRAL depuis décembre 2017.  Le soulagement pour les allergiques et les allergologues est en demi-teinte. ..

Le taux de remboursement des traitements d’immunothérapie allergénique est :
•    abaissé à 30 % pour les APSI gouttes
•    augmenté à 30 % pour les comprimés
La voie injectable est déremboursée.

La publication du décret par le conseil d’état est attendue rapidement.
Cette décision sera réévaluée dans 5 ans.


Ça veut dire quoi ?

Que même avec une mutuelle santé faible, les patients allergiques auront une prise en charge de leur traitement pour mettre un terme à leur allergie aux pollens et/ou aux acariens.
Que le traitement sur mesure des APSI est abandonné au profit de comprimés journaliers.
Que les outils de diagnostic (prick test) risquent de disparaître.


Sommes-nous heureux ?

OUI, parce que nous avons évité un taux de remboursement à 15 % qui plongeait la moitié de la population dans l’impossibilité de se soigner, leur mutuelle santé ne prenant pas en charge la différence.

NON, parce que la médecine personnalisée recule là où tout le corps médical clame qu’on soigne mieux des profils individuels avec des traitements sur mesure qu’avec des traitements de masse calibrés sur une moyenne.

OUI et NON, parce que les produits de diagnostics vont devenir rares, les laboratoires n’ayant pas de raison de les fabriquer avec la disparition du traitement sous cutané. Il restera le bilan sanguin, plus lourd et onéreux, et une médicalisation du dépistage des allergies qui laisse peu de place à la relation médecin/patient.

L'AFPRAL, 26 Avril 2018