Trop d’enfants sont diagnostiqués trop tard.

L'allergie de l'enfant est souvent diagnostiquée tard, après des mois, voire des années de souffrances : toux persistante nocturne, eczéma qui démange très fort et qui fait pleurer, bronchiolites répétitives avant l'apparition des crises d'asthme... Le diagnostic de l'enfant allergique est encore aujourd'hui la première difficulté à laquelle les parents ont à faire face.

Au niveau européen, une campagne pour le diagnostic précoce de l'allergie chez les enfants avait été lancée en 2003 par l'association européenne des médecins allergologues (EAACI) et la Fédération Européenne des Associations d'Allergiques et de Malades Respiratoires (EFA) à laquelle l'AFPRAL est adhérente.

Devant une toux persistante, de l'eczéma, l'apparition de boutons (urticaire), de troubles digestifs il faut se poser la question : mon enfant est-il allergique ? Et ne pas hésiter à demander des tests de dépistage. Car comme le rappelle la campagne pour le diagnostic précoce : " Aujourd'hui un enfant sur quatre est allergique. Identifiez-le. "

L'AFPRAL avait soutenu cette campagne et se bat toujours pour la relayer largement auprès du public. Nous sommes convaincus qu'un diagnostic précoce aidé d'une prévention peut limiter l'apparition d'allergies chez l'enfant et surtout permettre à celui-ci de vivre correctement avec ses allergies en réduisant le risque des complications graves.

Cette brochure est disponible gratuitement auprès de notre association. Quant à la brochure médecin et au document scientifique qui l'a inspirée, elle peut être obtenue auprès de l'EAACI. Ces documents détaillent notamment les méthodes fiables pour établir le diagnostic d'allergie pour chaque symptôme et chaque type d'allergie (alimentaire, de contact, etc.)

Pour rappel, l’allergie aux protéines du lait de vache est généralement considérée comme la plus fréquente allergie alimentaire chez le nourrisson et le jeune enfant.

.