Une allergie alimentaire est confirmée : comment ça se traite ? comment faire ?

(extrait du document "Les allergies alimentaires de l'enfant", avec l'aimable autorisation de Maryse Magan)

  • Comment ça se traite ?

Il n’existe pas (à ce jour) de médicaments pour "guérir" d’une allergie alimentaire : le traitement repose uniquement sur l’éviction, la prévention, l’éducation et l’information, éventuellement, sur une induction de tolérance.

Les traitements médicaux consistent à tenter d’arrêter la réaction allergique en fonction des signes (attention cela ne remplace jamais la prévention y compris chez  l’entourage : non belle-maman vous ne pouvez pas lui donner un tout petit bout de.... !!! ) :

    • les antihistaminiques (ex : Zyrtec, Aérius, Cetirizine, Virlix...) : ils bloquent l’action de l’histamine ce qui permet d’arrêter la réaction allergique.
    • les corticoïdes (ex : Solupred, Prednisolone...) : ils luttent contre l’inflammation générale provoquée par le contact avec l’allergène.
    • les broncho-dilatateurs (ex : Ventoline...) : ils sont utilisés en cas de problèmes respiratoires, début d’asthme.
    • l’adrénaline (ex: Anapen, Jext, Epipen) : l’adrénaline auto-injectable est le traitement en cas de choc anaphylactique en raison de son action sur le cœur et les vaisseaux sanguins qui conduisent au rétablissement d’une circulation sanguine normale. Son utilisation doit s’accompagner d’un apprentissage technique : s'entrainer à utiliser les auto-injecteurs avec des "trainers" (=simulateurs), disponibles auprès de l'association. Initier tous les proches (personnel éducatif, famille....) à l'utilisation.

       Vivre avec des allergies alimentaires, c'est faire le deuil de l'improvisation et d'une certaine innocence...

 

  • comment faire au quotidien ?

Faire ses courses

Règle n° 1 : se munir d'une loupe !

Les ingrédients sont souvent écrits en minuscule et même quelquefois en blanc sur du papier.......... transparent !!!

 

Règle n° 2 : se munir de son dico pour décoder la liste des ingrédients !

Si l'aliment allergène fait parti des 14 allergènes à déclaration obligatoire (liste ADO), il sera clairement identifié sur l'étiquetage.

Mais s'il n'en fait pas parti, l'aliment allergène peut se retrouver sous forme d'ingrédient dans une foule de produits alimentaires ; il peut exister sous plusieurs noms et il peut aussi figurer sous une forme latine (ex. noix de cajou > anacardium ) : ne pas hésiter à téléphoner ou envoyer un mail au service consommateur.

Bon à savoir : l'énumération des ingrédients est faite dans l'ordre décroissant de leur poids.

 

Pour bien appréhender l’étiquetage des allergènes* il convient de distinguer deux types de produits :

- Les produits préemballés (c'est à dire ceux que l’on retrouve en supermarché par exemple),

- Les produits non préemballés ou emballés en vue de leur vente immédiate (ceux que l’on retrouve dans les commerces de proximité type restaurant, boucherie, boulangerie, charcuterie-traiteur, dans les cantines...).

 

Une nouvelle règlementation va très prochainement entrer en application ; prévue initialement entre le 13 et 15 décembre 2014 (source cabinet de Mme Delga), le texte est toujours entre les mains du Conseil d'Etat et risque de paraitre avec retard.

Elle concerne les points suivants :

- La taille minimale des mentions obligatoires dont la liste des ingrédients et autres mentions obligatoires (article 9 du Règlement (CE) n°1169/2011),

- La mise en évidence des allergènes au sein de la liste des ingrédients : en gras, surlignés ou autre mise en relief des allergènes.

Par exemple on pourrait lire :
Ingrédients : farine (blé), œufs, Tilapia (poisson), poudre de lait, épices (dont moutarde).

- La référence claire à l’allergène ce qui signifie que tout allergène doit être clairement signifié tel que listé dans l’annexe II du Règlement (CE) n°1169/2011 [cet élément n’est pas nouveau]

Par exemple on pourrait lire :
Ingrédients : Tilapia (poisson), chapelure (blé), crème fraîche (lait).

Pour les produits non préemballés les seules mentions obligatoires sont les suivantes :

- Dénomination du produit : elle permet d’identifier le produit auquel on fait référence en matière d’information allergène.

Par exemple on pourrait voir à proximité immédiate du produit ou sur le produit le nom commercial choisi par le vendeur.

- La liste des allergènes* seule. A la différence des produits préemballés la liste complète des ingrédients ne peut être exigée. L'information écrite sur les allergène doit "figurer à proximité immédiate de toute denrée alimentaire présentée non pré-emballée sur les lieux de vente au consommateur final ou préemballée en vue de sa consommation immédiate" ; "le consommateur doit être en mis en mesure d'accéder librement et directement à cette information".

 

Règle n° 3 : ne jamais considérer un produit comme acquis !

Les recettes changent : vérifier et revérifier et ......... contrôler !

Par exemple, la sauce Pesto qui est normalement (traditionnellement) à base de pignons contient très souvent  des noix de cajoux à la place des pignons > danger !

 

Règle n° 4 : et si finalement je le faisais moi-même ce plat !!!

Ce qui nous « ramène » à la cuisine (notons que dans le mot « ramène » il y a la racine « rame » autant dire que j'ai dû ramer fort pour arriver à bon port !!!) et aux souvenirs d'enfance !

On mélange les aliments et on voit ce que ça donne (quoi ? vous n'avez pas eu envie de jouer au p'tit chimiste quand vous étiez petits ?!)

 

 À la maison : apprendre à cuisiner « autrement »

  • revenir à la cuisine simple « de nos grands-mères »
  • commencer toujours par le plat de l’enfant afin d’éviter les contaminations
  • utiliser des ustensiles différents pour la préparation des repas et pour le service des plats
  • bien nettoyer le plan de travail
  • réchauffer séparément les plats - attention aux projections dans le micro-onde > risque de contamination
  • trouver des recettes : il existe de nombreux livres et sites « sans » (cuisine sans œuf ou sans lait ou sans blé etc....) - Visiter notre boutique

Là où ça devient difficile c’est quand il y a plusieurs allergies, ou comment faire un gâteau sans œuf ni lait ni blé ni levure ???

Attention aux shampoings qui peuvent contenir de l’œuf, aux crèmes et savons qui peuvent contenir du blé, des amandes etc.... :

    •  le blé (amidon de blé dans le bain, crème anti-rides, gel douche, mascara),
    •  les hydrolysats de blé,
    •  l’avoine (Dermalibour, crème Exoméga),
    •  le lait de vache (savon Saugella, baume gingival),
    •  le sésame (fond de teint),
    •  l’huile d’arachide (Brochodermine),
    •  l’œuf (shampooing).

       

*parmi les 14 listés en annexe II du Règlement (CE) n°1169/2011. Voir la liste des 14 allergènes à déclaration obligatoire