Allergies aux métaux (nickel, chrome..)

Des accessoires comme les fermetures éclairs ou les boutons de jeans sont responsables d’allergies aux métaux (chrome, nickel) dès le plus jeune âge. Cette allergie est relativement facile à identifier car elle est localisée à l’endroit précis du contact. On trouve du nickel dans de nombreux objets : boucles et boutons de jeans, fermetures éclair, montures de lunettes, bijoux de fantaisie, stylos, épingles, couverts, poignée de porte, matériel de bureau ...
On trouve du chrome dans les teintures pour cuir (chaussures, gants...), les ciments, les détergents, les ombres à paupière...

Les personnes allergiques au nickel peuvent aussi, en cas de malaises, les voir diminuer en supprimant de leur alimentation les aliments trop riches en nickel.


Allergies aux cosmétiques et aux parfums

Les produits de beauté, shampooings, mousses de bain, mousses à raser, vernis à ongle, cosmétiques pour cheveux peuvent être responsables d’allergies de contact : eczéma, dermite, rougeurs, urticaire, démangeaisons mais aussi asthme, problèmes respiratoires, ...

On trouve en pharmacie des produits cosmétiques exempts des principaux allergènes. Cependant, les réactions sont individuelles et aucun produit n’est garanti sans risque. En effet, l’allergie est causée par l’un ou l’autre ingrédient. Il s’agit le plus souvent des conservateurs, des parfums, des émulsifiants ou du formaldéhyde (vernis ou durcisseurs pour les ongles).
La lanoline présente dans les lotions, shampooings, mousses à raser... est également source d’allergie. Certaines personnes qui réagissent à la lanoline ne supportent pas non plus la laine (allergie croisée).

Les parfums peuvent provoquer une sorte d’eczéma. Dans certains cas, cette réaction est aggravée par le soleil et peut aller jusqu’aux brûlures. L’allergie au parfum se manifeste surtout sur le visage, le cou, l’arrière des oreilles mais d’autres endroits comme les bras, les jambes, les doigts ne sont pas rares et font alors penser à l’eczéma atopique. Les réactions respiratoires sont exceptionnelles sauf lorsqu’il s’agit de sprays qui dégagent de fines particules.
Les parfums sont composés de substances naturelles d’origine végétale ou animale. Ils sont de plus en plus souvent remplacés par des substances synthétiques. On en dénombre plusieurs milliers : il est donc impossible de les tester toutes. C’est pourquoi, les allergènes le plus souvent rencontrés ont été sélectionnés pour pratiquer les tests (exemple : le fragrance mix).

Les allergènes naturels les plus courants sont: la citronnelle, la lavande, le thym, la cannelle. Les allergènes synthétiques : le citronellal et le salicylate de benzyl. Sont également souvent en cause les fixateurs de parfum tels que baume du Pérou et mousse de chêne.
L’allergie professionnelle aux parfums se rencontre chez les coiffeurs, les esthéticiens, le personnel d’entretien, le personnel soignant, les ouvriers utilisant des huiles de coupes. Il peut exister une réaction croisée avec des arômes utilisés en boulangerie et comportant des composants communs avec le parfum.

Allergie au henné noir

L'Agence Nationale de Sécurité du Médicaments et des produits de santé (ANSM) rappelle qu'il peut être à l’origine de réactions allergiques graves.

Les tatouages noirs temporaires sont le plus souvent proposés aux vacanciers sur les plages, dans les centres de vacances ou sur les marchés. Ils rencontrent beaucoup de succès, car leur coloration noire est plus appréciée que la teinte habituelle du henné qui varie du brun à l’orange.

Cette couleur noire est obtenue avec un colorant qui provoque des réactions allergiques au niveau de la peau. Elles surviennent quelques heures voire plusieurs semaines après la réalisation du tatouage. La zone traitée gonfle, devient rouge, démange et une éruption (eczéma de contact) apparaît sur les traces du dessin initial.

Cette substance est ajoutée illégalement au henné afin de donner une couleur noire aux tatouages et d’augmenter leur longévité. La PPD est une substance autorisée dans les produits cosmétiques, uniquement dans les teintures capillaires, à une concentration ne pouvant excéder 6%. Cette substance est également utilisée pour colorer les textiles notamment.

La sensibilisation est définitive et irréversible : ces réactions allergiques peuvent récidiver au contact de teintures pour cheveux, de vêtements ou d’objets en caoutchouc contenant ce colorant. Compte tenu des cas d’eczéma allergique signalés, des difficultés de contrôle du circuit de distribution des produits et des lieux de réalisation des tatouages, l’Agence met en garde contre les risques et déconseille la réalisation de tatouage noir temporaire au henné.

Que faire en cas de réaction cutanée au henné noir ? Cette éruption se traite par des crèmes à base de corticoïdes. Un traitement aux corticoïdes par voie générale est parfois nécessaire. La guérison peut prendre trois à quatre semaines et l’éruption laisse parfois sur la peau une coloration brune qui peut persister longtemps.

Toute réaction cutanée faisant suite à l’utilisation d’un produit cosmétique doit être signalée à un professionnel de santé.

Bibliographie : http://ansm.sante.fr/Dossiers/Securite-des-produits-cosmetiques/Tatouages-ephemeres-noirs-a-base-de-henne/%28offset%29/5 - http://www.centreantipoisons.be/autre/r-actions-allergiques-au-henn-noir