Les médicaments sont responsables d’allergies diverses : eczéma, gonflements, asthme...

Il n’est pas nécessaire de prendre souvent un médicament pour y être allergique. Un seul comprimé ou une seule injection suffit.

L’apparition d’une allergie peut aussi se produire à tout moment pour un médicament qui était auparavant bien supporté. Le plus souvent l’allergie apparaît après quelques jours de traitement sous forme d’une éruption cutanée parfois une urticaire banale, parfois une réaction plus dramatique pouvant mettre la vie en danger.

  • divers types de médicaments peuvent provoquer des allergies : antibiotiques, pénicilline, sulfamides, anti-inflammatoires, antibactériens, vaccins, ...
  • on peut aussi être allergique à l’iode ou à des produits de contraste utilisés lors de radiographies.
  • dans certains cas, on réagit non pas au médicament lui même mais à un colorant ou à un conservateur qu’il contient.
  • outre les réactions classiques d’allergie médicamenteuse, l’aspirine peut provoquer une allergie particulière : la maladie de Fernand Widal. Les premiers symptômes se manifestent vers 30 ou 40 ans par une rhinite et une polypose nasale. L’asthme et l’intolérance à l’aspirine et à d’autres substances telles que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (qui ne sont pas à base de cortisone), le colorant tartrazine (jaune-orange) ou l’hydrocortisone apparaissent ensuite.
  • certains vaccins préparés sur des cellules de l’œuf de poule (rougeole, oreillons, rubéole, grippe...) ont été considérés pendant longtemps comme dangereux chez les allergiques aux œufs. Actuellement, une recommandation de l’Académie américaine d’Immunoallergie explique que l’on peut faire sans danger le vaccin à tout patient sans recourir à des tests particuliers. Une seringue d’adrénaline doit être disponible lors de la vaccination.