De nombreux symptômes d’allergie – asthme, rhinite, eczéma, maux de tête – trouvent leur origine dans le métier exercé.

On parle, par exemple, d’asthme chez le boulanger, d’eczéma chez les coiffeurs ou les esthéticiennes. Quant à l’allergie au latex, elle se répand parmi le personnel des hôpitaux. L’asthme est la principale maladie respiratoire d’origine professionnelle. Certains produits chimiques peuvent même provoquer l’apparition subite d’un asthme chez des personnes non allergiques. Une seule exposition brève mais intense, le plus souvent accidentelle, suffit à déclencher un asthme qui persiste parfois pendant des années.

L’existence d’un terrain allergique (atopie) favorise l’apparition d’allergies professionnelles.

Quand faut-il penser à une allergie professionnelle ?

Lorsque les symptômes apparaissent ou s’aggravent les jours de travail mais s’améliorent ou disparaissent pendant les congés. Cependant, la réaction se fait parfois à retardement, ce qui complique le diagnostic.
Si vous suspectez une allergie d’origine professionnelle, il faut en parler à votre médecin afin qu’il vous prescrive les tests adéquats. La découverte d’une allergie professionnelle est lourde de conséquences (arrêt ou changement de travail...). Il faut donc s’appuyer sur un diagnostic sûr.

Allergie au latex

L’allergie au latex peut toucher la peau (eczéma...), les yeux et le nez (rhinite, conjonctivite...), le système respiratoire (asthme) ou encore l’ensemble du système immunitaire (choc anaphylactique, gonflement des muqueuses...). La dermatite atopique en est le symptôme le plus fréquent.

Comme dans tout problème d’allergie, le terrain atopique et le contact répété avec le latex sont les deux principaux facteurs de risque.

Les premières réactions au latex sont apparues dans le monde médical et paramédical. Depuis lors, on a enregistré de nombreux cas dans d’autres professions (ouvrières d’entretien, gens de maison, employés en crémerie, charcuterie, boucherie ou chocolaterie...) et même en dehors de toute relation avec des activités professionnelles chez des personnes, notamment des enfants, ayant subi des interventions chirurgicales multiples. Des cas d’enfants sensibilisés par leur tétine ou par le gonflage de ballons de baudruche sont également de plus en plus nombreux.

Allergies aux produits chimiques

Les produits chimiques sont depuis longtemps à l’origine d’allergies professionnelles. Comme on les utilise aussi de plus en plus souvent chez soi, on constate l’apparition de réactions d’allergie ou d’intolérance : problèmes respiratoires (asthme, rhinite...), eczéma, maux de tête, ...

Quelques produits à risque :

  • le plus connu est le formol ou formaldéhyde présent dans les colles, les meubles en contreplaqués, les colles pour moquettes, les enduits protecteurs du bois, les mousses isolantes ... On le trouve encore dans une série d’insecticides et de fongicides, dans des produits cosmétiques. Il est également utilisé pour le traitement des textiles. Des résines contenant du formol sont parfois incorporées aux plâtres orthopédiques. Le formol peut entraîner des allergies respiratoires mais également des eczémas de contact ;
  • le béton peut provoquer deux types de problème : une allergie au ciment ou une allergie à la poussière dans la mesure où les murs ne sont pas peints ni enduits. Les poussières s’accumulent alors sur la surface irrégulière du béton ;
  • les particules de laine de verre sont très fines et peuvent facilement être inhalées.
  • le PVC utilisé pour les menuiseries peut provoquer des allergies de contact ;
  • les vitrificateurs de parquet posent problème lors de la pose : les résines époxydes sont responsables de dermites et de crises d’asthme. Les peintures polyuréthanes contiennent des isocyanates très irritants pour les yeux et les voies respiratoires ;
  • les colles à base de solvant sont irritantes pour les bronches. Les colles à l’eau peuvent occasionner des allergies de contact à cause des additifs utilisés ;
  • dans les peintures à l’huile, plusieurs composants sont responsables d’allergie : les solvants, et notamment le white spirit ; à manipuler avec précaution, les additifs, les liants, les pesticides ;
  • se méfier aussi des produits utilisés pour la conservation du bois.


Allergies aux produits d'entretien et lessives

Dans les produits de lessive, les azurants optiques sont les principaux coupables. Les poudres à lessiver qui n’en contiennent pas l’indiquent sur l’emballage.

Les adoucissants et assouplissants (qui contiennent des conservateurs, parfums, azurants...) et les parfums (ajoutés aux divers produits pour lessive) figurent également au banc des accusés.

Les détachants employés dans les teintureries peuvent aussi provoquer des allergies soit par contact, soit par inhalation. C’est pourquoi on conseille d’aérer les vêtements qui reviennent du teinturier avant de les porter ou de les ranger dans l’armoire.

De nombreux produits d’entretien contiennent également des parfums, conservateurs, voire des substances chimiques irritantes pour la peau ou pour les bronches.