Vu dans la presse

Les résultats d’une enquête IFOP exclusive sur la perception de l’allergie et de ses risques auprès du grand public ont été dévoilés le 23 septembre. Il en ressort que plus de trois Français sur quatre ne savent pas précisément ce qu'est cette réaction allergique violente. Retrouvez les chiffres de cette enquête, menée dans le cadre d'une campagne d'information grand public sur le risque d’allergie sévère (Cf. notre article Des images choc pour une prise de conscience) dans la presse écrite Europe 1, La DépêcheLe progrès...

trovac-300-250-nbMardi 08 mars de 10h à 11h, l'AFPRAL et Trovac seront sur RCF - Ecouter sur internet

Particules allergènes : comment assainir nos intérieurs ? C'est la question à laquelle tentera de répondre Olivier Tonnelier dans son émission A votre service. La présidente AFPRAL, Pascale Couratier, fera le bilan des allergies respiratoires en France.  Egalement présent, le directeur de Trovac, spécialiste de l'assainissement de l'air intérieur, qui interviendra pour présenter sa solution concrète et moderne pour l'assainissement intérieur, Cyclo VacPlus d'infos ici

PARIS, 21 septembre 2015 (APM) - L'Association française pour la prévention des allergies (Afpral) a exprimé ses inquiétudes, lundi auprès de l'APM, au sujet de la fabrication des stylos auto-injecteurs d'adrénaline Anapen* (Bioprojet) pour le traitement en urgence du choc anaphylactique après avoir découvert des anomalies avec des stylos de démonstration destinés aux écoles.

Dans le cadre de sa campagne nationale d'information sur l'anaphylaxie, l'Afpral a réuni quelque 1.200 trousses d'urgence contenant un système factice des trois stylos auto-injecteurs d'adrénaline -outre Anapen*, il s'agit d'Epipen* (Meda) et de Jext* (ALK)  - et a commencé à les distribuer à des médecins et infirmières scolaires pour qu'ils forment les enseignants à l'urgence allergique, a indiqué la présidente de l'association, Pascale Couratier, à l'APM.

Mais lors d'une démonstration pédagogique vendredi, elle a découvert un Anapen* Trainer* avec une aiguille et un produit à l'intérieur, "probablement de l'adrénaline". "Le stylo était armé comme un dispositif médicamenteux!", s'est émue l'association, dans un communiqué diffusé vendredi soir.

Lire la suite...

Santé : Allergènes dans les produits alimentaires: un nouveau dispositif pour informer les consommateurs.

Selon le décret du 19 avril 2015, les restaurateurs et traiteurs ont désormais l'obligation d'indiquer par écrit la présence d'allergènes dans les produits qu'ils proposent. Ce nouveau dispositif est entré en vigueur le 1er juillet 2015.

Pascale Couratier, présidente de l'AFPRAL

Pascale Couratier, présidente de l'AFPRAL

Le règlement INCO entre en vigueur fin 2014 impose aux restaurateurs de fournir aux consommateurs la liste des allergènes présents dans les plats. Quatorze allergènes sont concernés. L’idée : améliorer le quotidien des personnes allergiques et permettre aux restaurateurs d’accueillir une clientèle de plus en plus sensible en toute sécurité. Mais la mise en place de cette disposition ne sera sans doute pas si simple.

« J’ai exercé dans un restaurant de 1991 à 1998. Et je n’ai jamais rencontré un seul allergique ≫, raconte Sébastien Vilaça, professeur de cuisine au lycée hôtelier Daniel Brottier, à Bouguenais dans la banlieue nantaise. Mais depuis une quinzaine d’années, la clientèle a bien évolué. Les professionnels de la restauration que l’enseignant rencontre régulièrement en sont bien conscients et la tendance ne devrait pas s’inverser. ≪En 2050, 50 % de la population souffrira d’une allergie (respiratoire ou alimentaire) », prévient Pascale Couratier, présidente de l’Association française pour la prévention des allergies (Afpral). Les consommateurs changent et le restaurateur doit s’adapter. D’autant plus qu’une nouvelle législation est entrée en vigueur fin 2014.

Lire la suite...

L’Association française pour la prévention de l’allergie (AFPRAL) souligne que le risque de choc anaphylactique, complication potentiellement gravissime de l'allergie, est encore sous-estimé en France. De même, l'association estime que les stylos autoinjecteurs d’adrénaline ne sont pas assez systématiquement utilisés en cas de choc (ou de suspicion). 

Afin d'améliorer la prise en charge de cette affection rare mais grave, l'AFPRAL lance une campagne de sensibilisation sur la conduite à tenir en cas de suspicion de choc et sur le bon usage des stylos autoinjecteurs d’adrénaline. Cette campagne vise tous les publics éventuellement amenés à pratiquer cette injection, professionnels de santé ou non. Elle durera jusqu’à la rentrée scolaire.

Lire la suite...