Ses conclusions et recommandations :

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail estime que ce projet de texte s’intègre dans une politique de clarification de l’étiquetage des allergènes, permettant au consommateur un meilleur accès à l’information concernant la présence d’ingrédients allergènes.

L’Anses rappelle, dans son rapport « Allergies alimentaires et étiquetage de précaution » (2008), que selon le réseau d’allergovigilance, en France, 8,6% des accidents allergiques graves rapportés sont en rapport avec des allergènes masqués. Ces accidents sont le plus souvent liés soit à une absence d’étiquetage lors de la vente de produits à l’étalage, soit à un changement de conditionnement et/ou de recette avec une erreur d’étiquetage associée. L’Agence recommandait donc, que l’étiquetage réglementaire de certains ingrédients ajoutés volontairement soit plus précis.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail estime que les mesures proposées dans ce projet de texte sont cohérentes avec ses précédentes recommandations concernant l’étiquetage des allergènes.