A souligner, certains établissements disposent même d'une charte interne signée par l'ensemble des étudiants qui prend notamment des précautions sanitaires pour savoir si les élèves ne sont pas allergiques aux œufs, au blé, aux fleurs...

Pour rappel, le bizutage se définit comme étant le fait pour une personne d'amener autrui à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaire et socio-éducatif. Le bizutage constitue un délit avec des sanctions de 6 mois de prison et de 7 500 euros d'amende. La victime ou le témoin d'acte de bizutage peut porter plainte et informer sans délai l'autorité administrative de l'établissement.

Pour mettre fin au bizutage, faciliter les signalements et inciter les jeunes et leur famille à s'exprimer, un numéro dédié est ouvert dans chaque rectorat, du lundi au vendredi, de 9 heures à 18 heures.

A consulter également, le site de l'association Comité Contre le Bizutage, http://contrelebizutage.fr/